Mon écriture a deux petites têtes, la première usine des mots, la deuxième emboutit des images et des textes ; dans la première tête se fabrique un rejeton du cinématographe et de la musique : des temps et un montage dans lesquels une histoire joue des coudes avec les thèmes humains ; la deuxième tête est fainéante et vous demande de faire le travail pour une rencontre, un spectacle, c'est la tête voyeuse et voleuse (la première est la tête chercheuse). Quand il leur faut écrire sur un artiste ou pour un artiste, les deux têtes se causent, parlementent puis postillonnent une petite histoire qui tente de rester en dehors de l'illustration. Et de séduire. De compléter le travail. Il fait souvent froid, les deux têtes se protègent sous le même bonnet. Si mon écriture avait d'autres têtes dont des méchantes, elle pourrait garder une caverne, un souvenir, une toison.

samedi 7 juillet 2018

Ayons bonne mine - 29

St Etienne - Puits Châtelus (Mines de la Loire)


Quand j'avais dix ans, j'ai vu un western dans lequel poussait une ville champignon. Au début, juste une gare. Une gare avec un drôle de bruit. En fait, une enseigne qui grinçait au vent. Le son d'une mouche dans une bouteille, des maisons, des saloons qui naissent comme une herbe sauvage quand on lui donne un espace. Des types mal rasés, des femmes de mauvaise vie. Va comprendre, à dix ans, ce qu'est une mauvaise vie. Tout y semblait éphémère, les héros aussi puisqu'ils partaient à la fin, sans se retourner. Moi, je me serais retourné vers Claudia Cardinal parce qu'à dix ans et longtemps plus tard je n'étais jamais un héros et que la sueur à certains endroits s'appelle Niagara. Tout était en construction et ça me plaisait. Les yeux de six mètres de large aussi, les planches de bois qui fabriquaient le futur, excluant les aventuriers, à dix ans je n'étais déjà plus un aventurier. Et la fumée du cigarillo, droite et fine et que le coup de feu ne faisait pas trembler. La poussière, je saurais encore la reconnaître, on en a vachement parlé, avec les copains. De Claudia.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire