Mon écriture a trois petites têtes, la première prétend faire des histoires, le deuxième prend des images et les complète de mots, la troisième se juxtapose à des artistes. Les trois têtes n'ont pas de dents et portent un bonnet de laine en cette période.

vendredi 1 décembre 2023

Des piscines - 96

 

D'un arc de cercle bien placé, le rectangle d'or devient un carré. Et l'inverse. Ce carré reste un rectangle particulier ou devient un rectangle particulier. Ça part en spirale, ça fait sa musique, ça cherche un dieu. Ça veut le beau et ça l'offre à qui sait voir. Divisons le rectangle d'or pour en faire de l'argent, posons-le dans le chaos pour qu'il soit le lieu du pouvoir, posons-nous sur lui, complexes et magnifiques.

 


 

Des piscines - 95

 

Une épine sous la peau. Une douleur qui prétend se cacher. Profonde, se dissimulant pour faire racine ? Non, parce qu'on la enlevée de son support, on l'a volée à la plante, on voudrait la rose sans épine pour la porter au poing, on penserait le pin lisse pour se coucher dessous. La peau n'est pas une armure à tout, il est prudent d'éviter les épines, elles servent à ça, elles veulent nous éloigner.

 


 

jeudi 30 novembre 2023

Des piscines - 94

 

Le temple est reconnu, il est nommé, il se voit dans sa position. Croit-on. Auparavant, les cathédrales et les églises étant dans le bâti, ne s'offrant pas l'esplanade qu'on leur céda plus tard. En lisant les vieux plans, on sent le bâtiment coincé dans le quotidien des marchants et du logement. C'est à l'intérieur que se dégageait l'espace puissant reliant les usagers. Aucune photographie n'avait à se placer sur le perron. On peut aussi penser qu'aucune ample manifestation ne se tenait devant la façade des puissants. Un argument de mauvaise foi.

 


 

Des piscines - 93

 

La toile de l'araignée est discrète. Invisible aux yeux. Pas aux nôtres, nous ne sommes pas chassés, sinon dans quelque film ancien. Invisible à l'insecte, invisible à son vol. Le trop gros insecte traversera, c'est ainsi, il n'est pas celui qui doit être attrapé. La toile est propre, les poussières la révéleraient, rendent le piège inopérant. L'araignée aussi est invisible, dans le trou, dans l'immobilité. Elle est faite d'attentes.

 


 

mercredi 29 novembre 2023

Des piscines - 92

 

Les meurtrières de la tour du château sont dérisoires. Il est en ruine, c'est le temps qui l'a mis au sol, ce sont les déplacements des rois et seigneurs et ce ne sont pas les étranges ennemis qui ne vinrent pas. Le paysage y est vertical, par mensonge. Les meurtrières des bunkers rétablissaient l'horizon. L'ennemi vint.

 


 

Des piscines - 91

 

J'appris sur une ardoise à tout lire et à tout calculer. J'appris les lettres et les chiffres et, si mal faits, me fallait les recommencer, les reproduire. J'appris à effacer. À bien effacer l'ardoise et ne laissant la poudre d'écriture que sur la petite éponge ou sur le chiffon précieux, il contenait toutes les lettres qui deviendraient plus tard mes romans.

 


 

lundi 27 novembre 2023

Des piscines - 90

 

J'aimais tes courbes et j'y voyais l'ouverture de mes sentiments. Te réduire ainsi n'aidait pas à la rencontre, je n'avais accès qu'à ces courbes vues, j'étais maintenu loin de ton intimité. D'autres s'y plaisaient, en jouaient, s'y collaient. Plongeaient dans tes courbes, tu laissais faire et tu voulais. J'attendais, j'attends, je ne franchis pas les barrières que tu mis ou que tu ne mis pas.